• Vous connaissez le poème de Victor Hugo: "le soir", qui se termine par: "le geste auguste du semeur" mais qui commence par: 

    "C'est le moment crépusculaire.
    J'admire, assis sous un portail..." 

    Je voulais commencer mon article en écrivant:

    C'est le moment caniculaire.

    J'admire, assis sur une marche,

    le travail des fourmis, qui rassemblent,

    les graines de tournesol,

    abandonnées par les oiseaux.

     

    Ces graines font plusieurs fois le poids et le volume des fourmis mais la tâche, qui nous semblerait impossible, en tant qu'humain, ne leur fait pas peur.

    A l'horizontale, a la verticale, affrontant les obstacles, elle ramènent leur butin vers la fourmilière.

    Que serait devenu l'humanité si la nature avait multiplié la taille de cet insecte, ne serait-ce que par 10 ?

    Survolez les vignettes pour les redresser en premier plan; piètre qualité des photos mais je ne suis pas équipé pour ça.

     

     

     

     

     

    Après une longue nuit d'amour intense et torride, un homme se retourne sur le dos et regarde un peu partout dans la chambre de sa partenaire.
    Il voit la photo encadrée d'un homme sur la table de chevet près du lit.
    Naturellement, il commence à paniquer.
    - C'est ton mari ? demande-t-il nerveusement.
    - Ben non, idiot ! Répond-elle en se blottissant contre lui.
    - Ton ami alors ?
    - Pas du tout ! dit-elle en lui grignotant une oreille.
    - C'est ton père ou ton frère ? dit-il pour se faire rassurer.
    - Bien sûr que non ! dit-elle en riant.
    - Mais, c'est qui alors ? demande l'homme perplexe.
    Calmement, la fille le ramène sur elle, l'enlace fermement dans ses bras et, lui murmure à l'oreille :
    - C'est moi avant mon opération.


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique