• Jean était célibataire. Il vivait avec son père et travaillait pour l'entreprise familiale.
    Quand il réalisa qu'il allait hériter de la fortune de son père malade, il décida qu'il devait trouver une femme pour partager sa fortune.
    A une soirée d'affaires, il remarqua la plus belle femme qu'il n'ait jamais vue. Sa beauté naturelle lui coupait le souffle.
    Il s'approcha d'elle et lui murmura :"J'ai peut-être l'air d'un homme ordinaire, mais d'ici quelques semaines mon père va mourir et j'hériterai de 200 millions".
    Impressionnée, la femme demanda sa carte de visite et, trois jours plus tard ... elle épousa le père malade !!!!
    Moralité : En affaire, les femmes sont bien meilleures que les hommes !

    Lire la suite...


    7 commentaires
  • À l’école, une maîtresse fait étudier les cinq sens à ses élèves:
    – Avec quoi entend-on?
    – Avec les oreilles, répondent les enfants en chœur
    – Bien, avec quoi voit-on ?
    – Avec les yeux !
    – Excellent, avec quoi goûte-on ?
    Une petite fille lève la main:
    – Avec du pain et du chocolat !

    *****

    Mon article d'hier n'a pas été visible par toutes/tous mais je crois que cette partie était bonne.

    Survol de chaque vignette  

    Lire la suite...


    13 commentaires
  • A un congrès d'émancipation de la femme, la première femme à prendre la parole est allemande :
    - Guten Morgen, mon nom est Ilsa, et j'ai dit à mon mari : Helmut, prépare le dîner.
    - Le premier chour, je n'ai rien fu. Le second auch nichts, mais à partir du troisssième jour,  Helmut a préparé le repas.
    Applaudissements et ovation générale.
    C'est au tour d'une italienne :
    - Bongiorno, je m'appelle Isabella et j'ai dit à mon mari : Giovanni, à partir de domani, tou nettoies toi-même la maison, capito" !
    -"il primo jour, je n'ai rien vu. il secondo non plus, mais à partir du troisième jour,  Luigi a passé l'aspirateur".
    Applaudissements et ovation générale.
    C’est au tour d'une Marocaine :
    - Bijour, mon nom c'y Aicha et ji dit à mon mari : Ahmed, ripasse le linge, s'pice de féignasse.
    "Le premier jour, ji rien vu di tout. Le deuxième, ji rien vu non plus... Mais li troisième... Ji recommence à rivoir un p'ti peu de l’œil gauche!"

    Lire la suite...


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique